Mon 11 septembre 2001… avec Jacques Chirac

coup de coeur

11 septembre 2001, un jour que l’on n’oublie pas ! Chacun se souvient de son 11 septembre 2011, même 10 ans après. Ce jour-là, j’étais à Rennes. Rédacteur en chef pour la télévision en Bretagne, je voulais une interview exclusive du Président de la République pour notre journal du soir à l’occasion de son déplacement de deux jours dans la région.
Ce mardi 11 septembre 2001, je décroche l’interview, mais à 14h45, au moment de l’interview de Jacques Chirac, pendant ce temps à New York un avion de ligne s’écrase sur la 1ère Tour du World Trade Center. Le Président de la République ne le sait pas encore, moi non plus, évidemment 😦  Et l’interview ne sera jamais diffusée.

11-septembre-2001-2-compagnies-poursuivies-400x318

Cela fait deux jours que Jacques Chirac sillonne la Bretagne. De Paimpol avec les pêcheurs, à Saint-Brieuc avec les agriculteurs pour terminer ce marathon breton présidentiel le 11 septembre par le SPACE, le salon de l’agriculture puis la Faculté des Métiers Ker Lann à Rennes. Que de poignées de mains !

Dès le 9 septembre, l’équipe des voyages officiels du Président de la République installe son QG en préfecture de Rennes pour un dernier point avec la délégation de journalistes parisiens et la presse régionale. Le Président va à la rencontre des pêcheurs et des agriculteurs – nous dit-on – et « il n’y aura pas d’interviews. »

Pourtant, à 7 mois de la prochaine élection présidentielle, ce déplacement présidentiel ressemble bigrement à un programme de campagne. Toute la presse est à l’affût de la petite phrase sur les intentions du Président de la République pour 2002… mais bon, ce n’est pas la campagne.

Dans un coin de la salle de la préfecture, j’aperçois Claude Chirac. Je m’approche, me présente et lui explique notre souhait de diffuser  une interview du Président de la République sur une durée de 6 minutes dans notre journal du soir du 11 septembre. Je lui signale que j’avais formulé une demande par courrier une semaine auparavant … courrier resté sans réponse. Elle m’écoute. C’est déjà un premier pas.

La fille du Président, qui s’est imposée comme sa première conseillère en communication,  me répète d’abord que l’Elysée ne souhaite pas faire d’interview. Qu’il s’agit d’une rencontre du Président avec les pêcheurs et les agriculteurs. Que nous pourrons filmer et enregistrer les discussions … mais pas d’interview. J’insiste, argumente, renouvelle ma demande. Déjà, elle ne me jette pas. Ouf ! … et finit par me dire « on va voir ». Presque une victoire. Du moins j’y crois.

Le 10 septembre, de Paimpol à Saint-Brieuc, je suis le marathon présidentiel dans le cortège presse, relance le service communication de la présidence. J’attends une réponse de Claude Chirac. Rien. Le 11 septembre, au matin Jacques Chirac arpente les allées du salon de l’agriculture, des éleveurs de la bretonne pie noire, aux ostreïculteurs de Cancale. Nouvelles relances auprès des chargées de communication de l’Elysée avec la presse. J’y crois de moins en moins.

Vers 12h30, Claude Chirac s’approche de moi et me dit que le Président accepte. Ce sera la seule interview du voyage présidentiel accordée à la presse. Ca y est ! J’ai l’interview 🙂 Elle ajoute, uniquement sur le thème de la pêche et de l’agriculture. Je lui dis que je parlerai aussi de la prochaine élection présidentielle. Claude Chirac ne dit rien. Je préviens la rédaction à Rennes, leur demandant de rester discret. J’alerte aussi mon directeur.

Avec Claude Chirac, nous nous mettons d’accord sur le lieu de l’enregistrement. En extérieur sur le salon de l’agriculteur. Debout, sur une pelouse. Pas de moyens techniques lourds. Deux caméramen, champ-contre-champ, un preneur de son. L’espace est discrètement sécurisé par quelques membres de la sécurité de l’Elysée. Apparemment,  mes confrères parisiens et bretons ne sont pas au courant pour cette interview.

A Rennes, l’interview de Jacques Chirac et à New York…

14h30. Jacques Chirac arrive. Bonjour Monsieur le Président ! Il prend le temps de saluer notre petite équipe. Et tout de suite nous enregistrons l’interview. Deux questions sur les pêcheurs, deux sur les agriculteurs. Jusque là, rien de neuf de ce que nous avions entendu lors du déplacement entre Paimpol et Rennes.

Et puis … 2002 alors ? Serez-vous candidat pour l’élection présidentielle ? A la première question politique, il rit, un peu crispé, m’explique que le Président de la République va à la rencontre de la France et des français. Je souligne qu’à Saint-Brieuc, les français étaient plutôt des sympathisants scandant « Chirac ! Président ! » comme sur un air de campagne. Toujours avec ce rire crispé, tant de fois imité, il répond que « l’élection présidentielle, c’est l’année prochaine … et qu’il faut laisser le temps au temps » … Bingo ! J’ai déjà entendu ça ! En fait, l’expression avait été employée par son prédécesseur en 1983, François Mitterrand, reprenant lui-même une phrase de Cervantès. Je perçois dans l’oeil du Président une satisfaction non dissimulée. L’interview se termine par une dernière question plus générale sur ce déplacement en Bretagne.

C’est bon ! Nous avons « la petite phrase » pour notre journal du soir. Peut-être même une diffusion par l’édition nationale. Le Président de la République nous remercie, pas mécontent semble-t-il de cette interview … et Claude Chirac non plus.  Ils nous quittent vers 14h50.

Le Président de la République poursuit son marathon breton vers la Faculté des Métiers à Rennes. De mon côté je file, tout excité, vers nos studios avec l’enregistrement pour une diffusion à 19h00.

15h10, j’arrive à la télé. Patrick, le monteur, m’attend dans la salle de montage. Nous visionnons l’interview. Sur un autre écran de télévision, nous découvrons alors  que france 2 présente une édition spéciale avec David Pujadas. Les images du World Trade Center passent en boucle. Nous sommes stupéfaits ! Patrick et moi, nous nous arrêtons, les yeux rivés sur les deux tours. L’interview de Jacques Chirac de 14h45 n’a plus de sens. Elle ne sera jamais diffusée.

Pendant ce temps-là, sur son parcours vers la Faculté des Métiers de Rennes, Jacques Chirac apprend ce qui se passe à New York. Le voyage présidentiel prend alors une autre tournure.

A Ker Lann, le Président de la République fait une brève déclaration sur « l’émotion de la France, et la solidarité des Français avec le peuple américain », avant de regagner rapidement Paris.


JCJacques Chirac le 11 septembre 2001 à Rennes

VOIR LA DECLARATION DE JACQUES CHIRAC A RENNES.
LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE VIENT D’APPRENDRE
CE QUI SE PASSE A NEW YORK
http://www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faits-divers/video/1819417001008/attentats-etats-unis-declaration-de-jacques-chirac.fr.html

Ce 11 septembre, notre journal de 19h00 bascule sur le thème de la tragédie du World Trade Center vue de Rennes
avec les américains en en Bretagne, les entreprises US présentes au salon de l’agriculture et le sentiment des bretons.

 A lire aussi :
Rencontre hollandaise sur un quai de gare 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s